logo

Concours courrier cauchois


Très franc, primesautier, spirituel non sans une petite pointe de gauloiserie et d'outrance, le docteur Maillard se fit aimer par sa familiarité et surtout par sa bonté et son dévouement.
Le tirage hebdomadaire annoncé de 40 000 exemplaires le place comme le deuxième hebdomadaire régional français après La Manche libre.De 1911 à 1926, le titre devient Journal de Rouen et des départements de la annales tests d'aptitude concours infirmier Seine-Inférieure, de l'Eure et du Calvados.Il est vrai que.Après avoir fleuri concours infirmier caen inscription de corolies une dernière fois la tombe de sa femme et de son petit-fils aux Rameaux, Bretteville rédigea lui-même sa notice nécrologique en laissant la date en blanc.Il est imprimé à Yvetot, chez Bretteville frères, 19 rue de la République.En 1828, le titre est propriété de Delisle-Brière et Frédéric Baudry.Dès la Révolution, Caen et Le Havre comptent au moins deux titres.Apres LA seconde guerre.En 1940, le Journal de Duclair ne compte qu'un feuillet.Armand Bretteville en a assuré la direction. .On y publiera aussi des ouvrages d'intérêt régional.On assure que les fondateurs sont convaincus qu'ils ont pris l'unique moyen de ne manquer ni de rédacteurs ni de lecteurs.Le journal paraît le jeudi.Notez que : Les pronostics ne seront plus possibles 10 minutes avant le début du match.Il accusa un agriculteur d'Eu, partisan du candidat républicain, d'avoir fui devant l'ennemi durant la guerre.Bretteville aura la joie de faire rouler au tapis le député royaliste de la circonscription qui se présentait pour la troisième fois.Lasne, directeur du Progrès de Bolbec,.Son secteur édition a donné des ouvrages indispensables comme Le patois cauchois de Raymond Mensire ou encore Les cauchois et leurs croyances de Jean Duterroir.
La presse havraise était avant tout destinée aux négociants comme Le Courrier du Havre ou Le Journal du Havre (1819-1939). .

Hebdomadaire publié du 13 septembre 1927 au Jusqu'au 1er sept.


[L_RANDNUM-10-999]
Sitemap